Appel d’un Journaliste

Posted in Sommaire on 6 mai 2014 by Junior AMOUDJSON

Wake up

Wake up

A cor et à cri, les journalistes du Togo, à l’instar de leurs homologues de part le monde ont observé le 3 Mai 2014, la journée internationale de la liberté de la presse.

Dans un Etat en démocratisation et dans lequel la question de l’union ou de l’unité demeure un impératif devant des enjeux de survie d’une profession en perte de vitesse, la presse togolaise a célébré la journée internationale.

Normale. Mais comme dans d’autres secteurs de la vie nationale, la presse s’est diversement signalé à travers diverses manifestations parfois complémentaires ou sinon antagonistes. Il arrive dès fois de se demander si tous ceux qui crient « liberté de presse » « journalisme professionnel » « aide de l’Etat » « Convention Collective » sont vraiment des journalistes animés par la même volonté.

Du T des médias de David Djagbavi Communication, au match de football du SYNJIT en passant par des déclarations de CONAPP et autres conférences et interviews de responsables d’associations, il y a lieu de se poser des questions. Il manque à la corporation des activités fédératrices. Trop souvent, une partie de la presse semble ne pas se retrouver dans les manifestations qui sont organisées. On peut se rappeler la Nuit des Communicateurs ou encore le Prix Paul Ahyi du journalisme. Pourquoi autant de manifestations avec autant d’organisateurs ou d’organisations ? Pourquoi autant de thématique quant on sait que en priorité la presse nationale souffre prioritairement d’un manque évident d’organisation avec comme conséquences le peu de professionnalisme, le peu de sérieux des acteurs (journalistes et patrons) le peu d’impact de ses actions.

Si la journée internationale de la presse est juste devenue un machin comme plusieurs médias (télés, radios, presses écrites et presse en ligne) alors excuser mes dérives. Sinon, il urge que la presse se mette ensemble. Ce n’est pas une histoire de parti unique mais de refondation structurelle d’un monde que nous avons découvert il y a plusieurs années déjà mais qui tarde à arriver à maturité.

Le PTT, le CETEP, l’URATEL, le SYNJIT, le CONAP, l’UJIT, le SAINTJOP, SOS JOURNALISTE …disent œuvrer pour la cause des journalistes du Togo. Mais force est de constater que plus elles sont nombreuses plus elles sont fragiles. L’histoire a suffisamment prouvé que les grandes batailles sont souvent gagnées grâce à la convergence des idées. Récemment il y a eu l’appel des Patriotes, voici celui d’un journaliste.

 

 Regard du Professeur Ayayi Togoata sur l’Art au Togo.

Posted in Sommaire on 13 avril 2014 by Junior AMOUDJSON
Prof. Ayayi Apedo-Amah

Prof. Ayayi Apedo-Amah

Ayayi Togoata Apedo-Amah, enseignant-chercheur à l’Université du Bénin devenu Université de Lomé, a formé des milliers d’étudiants. Il avait créé avec son collègue et ami Huénumadji Afan dès les années 90, le magazine « Propos Scientifiques » pour chasser des mythes. De grands noms de la littérature ont écrit dans ce magazine entre autres Koffi Efoui, Sélom Gbanou, Kangni… Ce magazine ne connaitra que quelques publications. il est critique d’art et est aussi connu sur le plan politique pour ses positions très tranchées. Bientôt à la retraite, il vient enfin d’écrire sa première œuvre, une pièce de théâtre de 88 pages : « Un continent à la mer » (Editions Awoudy du Togo, juin 2012). Dans une interview accordée à Togoculture, il parle de son œuvre, du secteur culturel togolais sinistré et s’en prend à l’inculture des ministres de culture togolais.

« En tant qu’écrivain, y a-t-il une raison particulière d’avoir choisi le théâtre comme mode d’expression et de partage du message contenu dans « Un continent à la mer »?

Quand j’ai envie d’écrire une œuvre de fiction, plusieurs options s’offrent à moi par rapport aux différents genres littéraires tels que la poésie, le théâtre, le roman ou la nouvelle. Le message s’adapte à l’esthétique du genre choisi. Pour l’heure, j’ai davantage écrit pour le théâtre que pour tous les autres genres. C’est mon genre préféré. Le drame de ces milliers de migrants africains qui transforment la Méditerranée en cimetière marin chaque année pour fuir leur propre continent devenu pour eux une terre hostile du fait de la misère, de la dictature et des catastrophes politiques, est une actualité qui m’émeut beaucoup. Lorsqu’il arrive que des femmes osent monter sur des barques impropres à la navigation avec des bébés dans les bras, c’est le signe que ces pauvres hères estiment qu’ils n’ont plus rien à perdre. Mourir pour mourir, mieux vaut tenter la traversée de l’enfer que de mourir sur le sol africain, la gueule ouverte comme un chien crevé au fil de l’eau. L’avantage avec le théâtre, c’est qu’il se consomme en groupe et qu’il est un spectacle vivant qui permet aux spectateurs de s’interpeller à travers leur réception esthétique individuelle et commune.

A l’image de beaucoup de secteurs de l’Art au Togo, l’art dramatique végète. En tant que spécialiste du théâtre au Département de Lettres Modernes dans les Universités de Lomé et de Kara, la sortie d’« Un continent à la mer » est-elle une façon indirecte d’ »attirer l’attention » sur le théâtre togolais ?

Chaque création est une façon d’attirer l’attention sur un art mais aussi sur le créateur lui-même. Au Togo, si l’art, pour exister, devait nécessairement être financé sur le budget de l’Etat, il n’existerait pas d’art dans mon pays, du fait de l’extraordinaire inculture des dirigeants politiques de la dictature militaire du clan Gnassingbé et de leur haine pour tout ce qui fait réfléchir.

Il n’est pas rare qu’on installe à la tête du ministère de la Culture des énergumènes qui n’ont jamais lu un livre de leur vie, qui n’ont jamais assisté à une représentation théâtrale ou à un vernissage d’art plastique ! Comme le ministère n’a pas de budget et qu’il n’y a pas grand-chose à voler, la plupart des ministricules se tournent les pouces en sifflotant dans leur bureau devant un écran de télévision, un verre de champagne à la main. Malgré le complot des cancres et des ignorantins contre la culture, nous devons exister. C’est un défi en soi. Plusieurs pétitions ont déjà été adressées au gouvernement, en vain.

 De quoi a le plus besoin d’urgence le secteur de l’art dramatique dans votre pays ?

Le secteur dramatique a besoin de financement. Ce financement, au niveau de l’Etat, ne peut se faire que sous forme de subvention. Dans tous les pays du monde où il existe une vraie politique culturelle, le théâtre est toujours subventionné, car l’on vit très difficilement de cet art. Les politiciens cultivés sont conscients que les peuples, pour leur épanouissement, ont aussi besoin de la nourriture de l’esprit. Cette subvention doit concerner les salles de spectacles à créer, la création d’un conservatoire, la prise en charge partielle des troupes, les créations, les tournées et la sécurité sociale des artistes. Comme vous le voyez, il s’agit de tout un chantier.

source: http://togocultures.com

Fescilom apporte un souffle au septième Art Togolais.

Posted in Sommaire on 12 février 2014 by Junior AMOUDJSON
Festival de Cinéma de Lomé

Festival de Cinéma de Lomé

Pendant quatre jours, du 24 au 27 avril 2014, la capitale togolaise sera sous les projecteurs. Il s’agit de la première édition du Festival de Cinéma de Lomé (Fescilom). Un projet qui entend professionnaliser les métiers du septième art au Togo.

Le Festival de Cinéma de Lomé  » FESCILOM  » voudrait mettre un accent particulier sur les acteurs des métiers du cinéma, leurs créations artistiques et les grandes innovations sur la scène cinématographique togolaise, africaines et mondiale et aussi faciliter l’intégration de la femme dans le domaine du 7èm. C’est entre autres, les objectifs que se sont fixés les initiateurs de ce projet qui sera à sa première édition du 24 au 27 avril 2014 dans la capitale togolaise Lomé (Afrique de l’Ouest).

Ce rendez-vous verra la participation de plusieurs pays dont,  la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, le Ghana, le Nigéria, la France, l’Allemagne et le Togo; aussi plusieurs prix et distinctions seront décernés aux participants qui auront le mérite.

Toute l’équipe de Togopromoculture félicite les initiateurs de ce projet Fescilom et leur en souhaite cependant beaucoup de courage et une longévité.

Edition 3 « Miss Togo France « 

Posted in Sommaire on 11 février 2014 by Junior AMOUDJSON
Miss Togo France 2014

Miss Togo France 2014

Jamais deux sans trois. Cette année encore le comité d’organisation Miss Togo France « MTF » a tenu sa promesse. Il s’agit de la troisième édition du concours de beauté MFT. Dix candidates pour une couronne. Qui succédera à Mélissa d’ALMEIDA ? Le verdict, ce sera le samedi 03 mai 2014 à l’Espace REUILLY à PARIS. 

ATOF EVENTS la structure détentrice de cet événement en collaboration avec ses partenaires convient les mélomanes à la troisième Edition de la célébration de Beauté togolaise « Miss Togo France ». MTF symbolise la Grâce, la Beauté, l’Intelligence et l’Elégance de la femme togolaise au sein de la diaspora.

Pour les organisateurs, MTF permet de réunir différents artisans de la beauté et de la mode et aussi faire connaitre la culture togolaise en France et en Europe. Entre autres idées, l’association ATOF EVENTS entend contribuer au développement durable dans les zones rurales du Togo afin de faciliter les conditions de vies de ses populations.

Toutes l’équipe de Togopromoculture félicite et encourage les initiateurs de ce projet et souhaite cependant une longue vie à cette initiative pour l’avancement et la valorisation de la culture togolaise.

Togo: Miss Ecowas 2013, le comité d’organisation devant la presse

Posted in Sommaire on 10 septembre 2013 by Junior AMOUDJSON
miss visuelDans le cadre de la 6ème édition du concours régional Miss ECOWAS Peace Pageant, une conférence de presse de lancement de Miss ECOWAS Togo 2013 s’est tenue ce mardi 10 septembre 2013 au Centre St Jean l’Apôtre à Lomé.
L’objectif de cette rencontre est de préciser aux professionnels des médias, les étapes et les modalités d’élection des deux représentantes du Togo à ce prestigieux évènement dont la finale est prévue en novembre 2013 à Accra au Ghana.
C’est également au cours de cette conférence que les quatorze meilleures candidates finalistes ont été présentées à la presse. Prétendantes au titre de Miss ECOWAS Togo 2013, elles ont été présélectionnées au cours d’un casting le samedi 24 août 2013 à Lomé. La finale de Miss ECOWAS Togo 2013 aura lieu le samedi 5 octobre 2013 à l’Agora Senghor de Lomé.

Togo: L’artiste togolais Ras Ly derrière les barreaux

Posted in Sommaire on 5 septembre 2013 by Junior AMOUDJSON

 

Ras ly, Artiste togolais de la chanson reggae

Ras ly, Artiste togolais de la chanson reggae

Un artiste de la chanson derrière les barreaux! Des rumeurs, on en vient aux clameurs. L’information se confirme.Dans son édition de 12h, Nana Fm, une radio locale à Lomé a indiqué le nom de l’artiste Ras Ly.

Ras Ly n’a pas pu retrouver son lit dans la nuit du 04 Septembre 2013, il va la passer dans les geôles. L’information est aussi confirmée par “Nana fm” réputée plus ou moins professionnelle. Selon  les informations données par nos confrères de cette radio locale, l’artiste rasta est accusé d’abus sur mineur, sans donner plus de détails.

Ras Ly devra-t-on le rappeler est un artiste de la chanson Reggae très engagé contre le parti au pouvoir. Ses chansons sont censurées sur les médias publics.

La liberté d’expression est-elle toujours absente au Togo, ou la justice qui joue pleinement son rôle? Tant d’interrogations qui attirent l’attention de tous. Vivement que la lumière soit faite sur cette affaire et que l’artiste puisse rapidement retrouver sa liberté.

source: http://

http://www.africardv.com

TOGO: Mega concert de solidarité au profit des détenus au Palais des Congrès de Lomé

Posted in Sommaire on 4 septembre 2013 by Junior AMOUDJSON

Concert de Solidarité

Concert de Solidarité

Pour marquer la journée internationale des détenus célébrée le 10 Aout dernier, Maestro Production avec le soutien de la Direction de l’Administration Pénitentiaire et de la Réinsertion (DAPR) et l’Organisation pour la Charité et pour un Développement Intégral « OCDI » ont jugé important d’organiser un concert de solidarité au profit des détenus au Palais des congrès de Lomé ce 22 Septembre 2013 à 14h30.

Cet évènement connaîtra la participation de plusieurs artistes dont en occurrence King Mensah, Déla Délali, Coco de Koffi et bien d’autres… Ce concert de solidarité s’inscrit dans l’optique de lancer un appel à l’opinion publique sur la nécessité sans faille de solidariser avec le détenu. C est également l’occasion de sensibiliser la population , de façon particulière la jeunesse, la relève de demain a éviter à tout prix ce milieu carcérale en adoptant des attitudes saines, responsables.

Aussi interpeller les acteurs de la société civile, les défenseurs des droits de l’homme et les autorités sur la nécessité du respect des droits de l’homme et l’amélioration des conditions de vie des détenus.

Les recettes collectées après le concert seront gérées par OCDI serviront pour l’achat des produits pharmaceutiques destiné aux détenus. Dans les autres prisons du Togo, des visites, des dons, des séances de sensibilisations et autres manifestations sont prévues pour montrer la solidarité à nos frères, sœurs, ami(es), collègues, entourage, proches vivant dans ce milieu.